vendredi 8 juin 2018

Si doucement


"Tu es parti si doucement
Mon amant, mon doux amant,
Je n'aurais pas dû m'éveiller,
Nous nous sommes aimés cette nuit,
Tendres baisers, étreintes fauves,
Nous nous sommes aimés dans ce lit,
J'ai effeuillé les fleurs de ta jeunesse
Tandis que tu t'abandonnais
Dans les bras de ma maturité,
Ce n'était donc qu'un rêve,
Il est des nuits qui ne devraient jamais finir..."

Eraste de Saint-Amant, Poèmes garçonniers, 2001. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire