dimanche 8 juillet 2018

Et in Arcadia ego...


"Est-ce ton regard ?
Ou la courbe de ton épaule ?
Ou le dessin de tes lèvres ?
Ou le relâchement de tes doigts, au bout de tes mains ?
Ou le galbe de tes mollets et le dessin de tes côtes ?
Tes cuisses offertes ou encore cet air, cet air
Légèrement insolent sur ton visage adolescent ?

Ne me provoques pas, garçon nu dans les bois,
Dans les bois d'Arcadie, entre faunes et satyres,
Car je pourrai jeter mes filets de chasse sur toi
Et t'attirer à moi, contre moi, sous moi,
Et jouer de la flûte bucolique qui chante,
Qui chante les amours garçonnières,
Dans les forêts d'Arcadie, entre ombre et lumière,

Quand un garçon s'y rencontre nu,
Le berger délaisse ses chèvres pour lui écarter les cuisses,
Et lui chanter les travaux et les jours
De la transhumance en Arcadie..." 

Eraste de Saint-Amant, Poèmes garçonniers,
1989 (?) 

(nde: Eraste de Saint-Amant passa plusieurs mois de sa vie en Arcadie, en 1989. Il fut notamment l'un des gardiens du temple d'Apollon, à Phigali Bassae. Je suppose, comme d'autres spécialistes de l'oeuvre de Saint-Amant, que ce poème fut rédigé lors de ce séjour en Arcadie. Si l'un de mes lecteurs a des informations plus précises sur ce poème, s'il vous plait, laissez un commentaire !)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire