mercredi 8 août 2018

Garçonnitude


"Au-delà de la beauté physique et des désirs qu'elle m'inspire, ce qui me plait dans un visage de garçon, c'est cette qualité diffuse que les anglo-saxons appellent boyhood, que je traduirai par garçonnitude.

Cela tient au regard, à la manière de serrer les lèvres, à la crispation de la mâchoire, à la forme du menton, à ce feu intérieur qui irradie un visage des promesses d'une virilité encore atténuée par les douceurs de l'adolescence, aux joues lisses qui ignorent encore l'épreuve du rasoir..."

Edouard Nocragel, Pensées et mémoires, Bruxelles, 1950, p. 25.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire